La santé du futur

Pour vivre mieux, plus longtemps, et dépenser moins : la santé du futur sera numérique !

Le développement de la médecine préventive par une intervention avant même que le patient soit malade ; de la médecine personnalisée et prédictive grâce à la gestion des données en masse, notamment liées au séquençage du génome qui permettrait des traitements adaptés à chacun, mais aussi le rapport entre les médecins

et les patients hyper connectés et informés, la santé de demain sera numérique et va bouleverser l’écosystème aujourd’hui en place !

 

L’hôpital numérique modifiera également les rapports actuels entre l’hôpital et le reste de la société.

Pour éviter de dépenser des milliers d’euros en hospitalisations, l’idée est d’y passer moins de temps.

Le rôle de l’hôpital évolue donc et devient plus diagnostique et interventionnel. Avec comme conséquence : plus de confort pour le patient, et une réduction du coût de la sécurité sociale.

 

Une « nouvelle médecine » se dessine qui se concentre sur la « coordination » autour du patient avec des nouveaux métiers,

des dispositifs connectés, et l’implication des proches et du patient lui-même.

Les mentalités évoluent : l’idée est que le patient devienne « acteur de son suivi ».

On l’aide à gérer sa maladie : diabète, maladies respiratoire ou cardio vasculaire, obésité ou cancérologie.

 

La santé du futur sera :

  • Plus personnalisée, prédictive et préventive,
  • Moins coûteuse et moins localisée,
  • Impliquera plus le patient,

Actuellement, tous les acteurs de la santé sont informatisés, depuis l’hôpital jusqu’au médecin de ville, de même qu’une grande partie des patients.

La plupart des professionnels de santé sont également mobiles. Que leur équipement soit personnel ou fourni par la structure, peu importe,

ils sont de fait mobiles. L’enjeu est maintenant la transformation des usages autour du numérique.

Cette modification profonde des pratiques et des protocoles de prise en charge des patients

s’appuiera sur les compétences numériques fondamentales suivantes :

Compétences fondamentales :

Traitement et analyse de données (big data).

Quel que soit l’acte médical, on produit de la donnée : une radiographie, un examen sanguin et même les notes que rédige le médecin. Tout cela crée des grandes masses d’information qu’il faut pouvoir transporter, sécuriser, archiver, et puis rechercher et traiter.

Fermer la description
Bio-informatique

La bio-informatique est un domaine de recherche qui analyse et interprète des données biologiques via des algorithmes et des modèles discrets, hybrides ou statistiques, afin de classer et de comprendre ces données et donc de permettre aux chercheurs de faire de nouvelles découvertes scientifiques. Des découvertes qui peuvent par exemple permettre la mise en place de nouveaux traitements médicaux plus efficaces.

Fermer la description
Robotisation

La robotique de précision permet de concevoir et créer des robots qui vont assister les médecins et tout particulièrement les chirurgiens dans leurs gestes pour améliorer la précision (neuro-chirurgie) et/ou réaliser des opérations moins invasives. Des robots peuvent également être utilisés pour la rééducation de patients en assistant leur travail de réhabilitation par une aide robotisée. Enfin, la robotique devrait permettre de réaliser des prothèses plus fonctionnelle et avec un fonctionnement plus naturel.

Fermer la description
Simulation

Dans le domaine de la de la santé, modélisation et simulation sont des outils prédictifs qui aident les acteurs du domaine à comprendre des phénomènes biologiques, imaginer de nouvelles expériences ou bien encore s’abstraire d’expériences réelles pour les réaliser « in silico ». Ces outils trouvent également leur utilité pour former les futurs praticiens.

Fermer la description
Systèmes d’information

Les établissements de santé et tout particulièrement les hôpitaux ont besoin d’un  système d’information qui leur permette selon des règles et modes opératoires prédéfinis, d’acquérir des données, de les évaluer, de les traiter par des outils informatiques ou organisationnels, de distribuer des informations contenant une forte valeur ajoutée à tous les partenaires internes ou externes de l’établissement, collaborant à une œuvre commune orientée vers un but spécifique, à savoir la prise en charge d’un patient et le rétablissement de celui-ci.

Fermer la description
L’internet des objets

Le développement des objets connecté et de l’internet des objets va permettre  le suivi du comportement des personnes et des choses, éventuellement en temps  réel et ainsi accompagner les diagnostics  sur la base de l’analyse d’informations collectées par des réseaux de capteurs. Ces outils seront essentiels pour poursuivre le développement de la télémédecine et de l’e-santé ou la m-santé.

Fermer la description
Cyber sécurité

C’est une des enjeux majeurs dans la santé, pour que l’ensemble des données générées via les objets connectés et les systèmes d’information restent confidentielles et propriétés du patient. Le développement du numérique dans la santé ne pourra prendre toute sa mesure sans la confiance des utilisateurs sur la sécurisation de leurs données de santé.

Fermer la description
Cloud

Les besoins de stockage et d’accès instantané aux données personnelles (du patient ou du professionnel) dans la santé sont exponentiels. Le développement de l’imagerie médicale et ses nécessités de stockage en sont l’exemple type. Le Dossier Médical Personnel, les besoins d’accès des professionnels de santé tant aux informations qu’à la communication, nécessaires à la continuité des soins, ne pourront se faire sans le cloud. De même, la télémédecine, ne pourra se développer qu’au prix d’un accès excessivement rapide et facile à un maximum de données.

Fermer la description
Réalité virtuelle et augmentée

La réalité virtuelle peut être utilisée dans le cadre de l’enseignement et de la formation, de nombreuses manières. La « cyberanatomie » permet de faire découvrir le corps humain. La simulation d’une chirurgie « in virtuo » prépare les médecins à des interventions complexes. Dans le domaine de l’éducation à la santé publique, la réalité virtuelle peut être utilisée pour simuler le monde tel qu’il est perçu par une personne ayant des problèmes de santé. Enfin, la réalité virtuelle peut-être utiliser pour traiter des troubles psychologiques (phobie, addiction) et accompagner la rééducation de trouble cognitif (mise en situation).

Fermer la description

Atlanstic 2020 et la santé du futur

Les équipes de recherche d’Atlanstic 2020 s’inscrivent pleinement dans cette nouvelle révolution notamment par leur travaux sur :

  • Le traitement et l’analyse de données :
  • La robotisation
  • Les systèmes d’information
  • L’internet des objets
  • Le cloud
  • La bioinformatique
  • La réalité virtuelle

Accompagner la transformation par la formation.

Plusieurs formations, sur le territoire, préparent à ces nouveaux métiers :

Ingénieur

IMT Atlantique de Nantes

Ingénieur

Centrale Nantes

Master

Université de Nantes

La santé du futur est en marche
dans Atlanstic 2020